bandeau
Mission
Bingo
billetterie
Concours et promotions
Activités
Album photos
Grille horaire
Calendrier
Dernières nouvelles

19 Mai 2016
Avenir de l'ABI: nouveaux tracas à Bécancour



Des propos tenus mercredi par un haut dirigeant d’Alcoa sèment l’émoi dans la région de Bécancour. Le président d’Alcoa Groupe Produits primaires, Roy Harvey, a indiqué qu’il souhaitait renégocier l’entente d’approvisionnement conclue il y a deux ans avec Hydro-Québec pour l’Aluminerie de Bécancour (ABI).

Dans une entrevue accordée à la Presse Canadienne à l’occasion de son passage à Montréal, M. Harvey a fait valoir que c’est à Bécancour que la facture énergétique est la plus élevée au pays, et que cela ne pouvait plus durer. Il laisse entendre que des décisions difficiles devront être prises, faute de rabais.

Lorsqu’on lui demande si une fermeture pourrait être envisagée faute d’entente, celui qui sera bientôt le grand patron d’Alcoa n’écarte aucun scénario.

Une douche d’eau froide à l’hôtel de ville

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, qualifie « d’assommants  »  ces propos qui surviennent alors que sa ville peine à se relever de la perte de la centrale Gentilly 2.

Il se dit bien impuissant devant cette négociation entre la multinationale et la société d’État.

Pour la ville et région, l’enjeu est de taille. «ABI, c’est près de 20% de notre budget d’opération à la Ville de Bécancour et c’est toute la santé économique de Bécancour et de la région qui est menacée dans un cas comme ça», s’inquiète le maire Dubois.

Un ton menaçant qui agace

S’il reconnait que le prix de l’électricité au Québec pose un problème de compétitivité, le député de Nicolet-Bécancour aura aimé un ton plus positif de la part du dirigeant d’Alcoa. «Le gouvernement a quand même été de bonne foi. On a renégocié les ententes il y a deux ans. Je pense qu’on peut les négocier encore, mais il faut arrêter de toujours menacer de fermer des usines», plaide Donald Martel.

Le Syndicat des Métallos, qui représente les quelque 1000 travailleurs de l’usine de Bécancour,  souscrit à l’idée que l’ABI devrait pouvoir bénéficier de tarifs aussi avantageux que ce qu’Hydro-Québec garantit ailleurs. Il pense cependant que des tarifs avantageux doivent s’accompagner d’exigences en matière d’emploi et d’investissement, ce que néglige le gouvernement selon Clément Masse, président de la section locale 9700.

Il trouve toutefois dommage que la compagnie procède encore une fois par des menaces, comme en 2013.

«Ça crée de l’incertitude, ça crée de la crainte. Ça inquiète les familles » déplore, M. Masse. 



FM 90.5 - CKBN   10275 Leblanc, suite 127, Bécancour, G0X 1B0