bandeau
Mission
Bingo
billetterie
Concours et promotions
Activités
Album photos
Grille horaire
Calendrier
Dernières nouvelles

24 Fevrier 2016
Discrimination sur le statut d'Indien: le Canada retire son appel



Le gouvernement fédéral abandonne l’appel qu’il avait formulé à la suite d’un jugement de la Cour Supérieur qui avait conclu, l’été dernier, que les règles sur le statut d’Indien sont discriminatoires. Les deux communautés de la nation abénaquise, Odanak et Wôlinak, avaient saisi le tribunal de deux cas distincts de discrimination vécus par leurs membres.

Le Chef Denis Landry, du Conseil des Abénakis de Wôlinak, affirme que sa nation va suivre de près les corrections que le fédéral devra apporter, d’ici la fin août 2017, à la Loi sur les Indiens pour éliminer la discrimination fondée sur le sexe.

En ce moment,  les dispositions concernant le droit à l’inscription font en sorte que les hommes et les femmes issus d’unions entre Indiens et non-Indiens ne peuvent transmettre leur statut de la même façon à leurs enfants.

Le Chef Landry voit dans cette décision un exemple du ton plus conciliant du nouveau gouvernement envers les Premières Nations. Il souligne qu’en huit ans, le Chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, n’a eu que deux rencontres avec le premier ministre Stephen Harper, ce qui est moins que celles qu’il a eues avec son successeur libéral, Justin Trudeau, depuis son élection on octobre. «On a vraiment un discours qu’on sent d’égal à égal. On se croire les doigts. On va participer à la commission parlementaire sur la Loi qui va être réécrite. Mais on va veiller au grain», prévient M. Landry.

En plus d’être discriminatoires, les dispositions actuelles ont pour conséquence de dissiper de plus en plus la communauté. Elles font en sorte que d’ici un siècle, aucun nouvel enfant né à Odanak et Wôlinak n’aura le droit à l’inscription au registre des Indiens.  Le jugement devrait permettre à plusieurs personnes de gagner leur droit à l’inscription. Denis Landry reconnaît que cet enjeu est important pour la nation abénaquise, mais que la vraie bataille, c’est celle «contre l’iniquité, l’injustice de la Loi sur les Indiens, qui est une loi d’assimilation », selon le Chef.   

 



FM 90.5 - CKBN   10275 Leblanc, suite 127, Bécancour, G0X 1B0